Les socialistes ont désigné Hamon comme candidat. On pourrait penser que le casting de l'élection présidentielle est arrêté. Nenni, d'autres évènements ne tarderont pas à le démentir. Fillon sera-t-il en course dans un mois? Qui le sait? Et Jadot, les socialistes vont lui céder les 500 parrainages? Rien n'est certain. Hamon rassemblera-t-il sa famille socialiste? Ce n'est pas sûr tant les divergences sont profondes. Nous vivons l'époque des recompositions politiques. Les partis de la cinquième chancellent, englués dans les "affaires", n'ayant comme seule perspective la pauvreté généralisée et l'austérité pour le grand nombre tandis que les millionnaires se gavent sans scrupules. C'est l'ère de la colère et du coup de balai qui sévit en France et dans le monde. En quelques semaines, le paysage s'est profondément modifié: Juppé, Sarkozy, Hollande, Valls, tous ces anciens présidents ou premiers ministres dégagés. Ce n'est qu'un début. Le ras le bol est tel que personne ne peut prévoir comment la colère populaire va se poursuivre.

Une chose est certaine: les gens de droite ou de gauche sont déboussolés, désorientés, abasourdis, dégoûtés,déçus et amers. Dans un premier temps, ils mettent tout le monde dans le même sac. Je les comprend. Certains se disent plus jamais je ne voterai mais ce faisant ils laissent les mains libres à ceux qui les ont flanqué dans le pétrin. Le refus du vote, l'abstention conduisent à laisser une minorité dominer sans partage la majorité du peuple. On a besoin d'autre chose, de prendre nos responsabilités, d'intervenir, de décider de notre avenir. La cinquième république vacille, achevons-la. Mettons au pouvoir la force qui propose de sortir du système présidentiel qui place notre vie entre les mains d'un seul homme.

Redonner la puissance à la République par l'élection d'une assemblée constituante chargée d'élaborer une constitution démocratique avec de nouveaux droits (avortement, mourir dans la dignité, égalité femme/homme, révocation des élus, reconnaissance du vote blanc, droit de vote à 16 ans, proportionnelle par exemples) devient nécessaire si l'on veut sortir par le haut de la crise politique qui enfle.

Cette force existe. Le mouvement "France insoumise" créé en dehors des partis rassemble des socialistes, des communistes, des écologistes, des syndicalistes, des associatifs, des sans organisation. Ce regroupement de citoyens autour de la candidature de Mélenchon trace son sillon. Autour de propositions concrètes sur la sécurité sociale, sur la politique salariale, sur l'éducation et la formation, sur l'emploi, sur la fiscalité, les débats se développent et gagnent en crédibilité. Jamais notre pays n'a connu une telle situation et une telle demande d'explications. Un espace de dialogue s'ouvre. Investissons-le. Les gens veulent juger, comprendre, être convaincus. "France insoumise" possède les atouts pour gagner la bataille des idées. Il nous reste deux mois et demi pour accomplir ce travail. Loin des manoeuvres d'appareil, loin des "combinazione", c'est autour de "FI" et son candidat Mélenchon que ça se passe.