Après une éclipse d'écriture, je reprends le clavier pour donner mon sentiment à propos de la politique nationale et internationale dont de profondes fractures fragilisent le présent et impactent l'avenir. Aujourd'hui, je vais essayer de répondre à une interrogation de quelques amis rencontrés à la fête de l'huma, au demeurant un succès rassemblant des bandes de jeunes  (pas seulement) affirmant leur envie d'un monde meilleur. Est-il possible de changer cette politique ?

Je débattai disais-je avec mes amis sur la situation française en ce début de rentrée scolaire et mes camarades m'expliquaient la dureté macronienne, le manque d'alternative due à la désunion de la gauche, l'existence du Rassemblement National et la montée du populisme, les difficultés à mener les luttes sociales avec notamment le recul sur la SNCF, un des secteurs les mieux organisés syndicalement. Juste appréciation mais qui appelle à d'autres commentaires.

1/ Les décisions gouvernementales portent des coups au pouvoir d'achat , aux retraites avec la CSG, à l'emploi avec les privatisations du rail, de l'aviation, des barrages etc. … à l'indépendance nationale avec la vente d'entreprises aux affairistes étrangers ( construction navale, aéroports, Alsthom par exemple). Ce faisant, le mécontentement grandit ce qui explique la dégringolade dans les sondages de Macron et de son mouvement. Alors, nous dit-on, le report ne se fait pas sur la France Insoumise. Certes pas dans l'immédiat mais comment vont se positionner les citoyens au moment des choix ? Pour le moment, c'est l'abstention qui l'emporte. Un terrain à travailler. Des gens plus enclins à écouter, à réfléchir, à convaincre. L'idée du changement par le dégagement progresse dans les consciences. Nous allons le vérifier dans les mois qui approchent.

2/ La démission du ministre de l'écologie marque un tournant politique. Des pans entiers d'écologistes ayant donné leur confiance à Macron au travers de Nicolas Hulot décrochent et vont affaiblir les gouvernants. Le grand rassemblement pour défendre la planète a surpris par son ampleur et sa combativité. Un signe de potentielles avancées pour un rassemblement politique basé sur la transition écologique liée à la transformation sociale. Du travail nous attend mais nous possédons les outils pour le réaliser. Le discours de Mélenchon aux "amphis" de Marseille peut servir de base de débats.

3/ L'affaire Benalla jette le trouble sur le fonctionnement de la cinquième république et accélère la prise de conscience qu'il est plus que nécessaire de changer les institutions pour retrouver les chemins de la démocratie du 21e siècle. De nouveaux pans de la société se désagrègent des forces libérales. Les démissions de LREM, l'élection de justesse au premier tour du Président de l'assemblée nationale, la démission de la ministre des sports, les déclarations diverses de certains dirigeants ayant voté Macron , tous ces faits traduisent la lente mais inexorable déliquescence de l’État. Nos propositions pour la 6e république peuvent susciter un intérêt renouvelé.

4/ Les nouvelles possibilités de rassemblement du peuple se dégagent peu à peu. Le mouvement syndical poursuit sa mue : de l'attentisme du début de l'ère Macron à l'action commune, la marche dans la construction de rapports de force connaît de nouveaux paliers, le 9 octobre en sera l'un. Le dialogue reprend entre orgas syndicales, mouvements sociaux, associations, partis et mouvements politiques. De bon augure pour la suite. La France Insoumise reconnue pour son travail à l'assemblée nationale, pour ses prises de position claires, représente la force principale d'opposition progressiste aux yeux de l'opinion. La gauche du parti socialiste s’apprête à quitter celui-ci soit pour créer une autre formation, soit pour rejoindre les insoumis. Question qui sera tranchée en octobre. Les participants à la fête de l'huma, par centaines de milliers, attendent un tel rassemblement majoritaire. Ce ne sont pas les quelques rancœurs de quelques uns qui empêcheront cette volonté de changement. Les communistes, insoumis par principe, retrouveront le chemin unitaire avec la FI et les autres formations dans les semaines qui viennent. Le vent nouveau se lève !

5/ Jamais le mécontentement n'a connu un tel niveau, jamais le désir de dégager les responsables n'a été aussi grand. La question centrale du moment nous est posée : comment rassembler ces mécontents sur un programme clair et cohérent, reliant l'écologie, l'économie et le social.

Je terminerai cet article qui ne fait qu’effleurer les questions posées en affirmant que certes si des dangers sont présents ( présence du Rassemblement national de Marine Lepen), de nombreux indices nous encouragent et fortifient mon opinion que le rassemblement est nécessaire mais surtout possible pour ouvrir une voie nouvelle pour notre pays.