Déchaînés, pouvoir et médias pensaient nous enterrer. Bien sûr nous n'étions pas préparés à subir un tel choc, une telle violence, une telle haine. Militant depuis 1958, je croyais mon cuir tanné, carapacé. Pourtant des affaires, j'en ai vécu : des campagne anti Marchais aux affaires financières, de l'affaire Fiszbin à l'opération Solidarnosc, je pourrais poursuivre l'énumération ce qui vous soûlerait. Bref je me sentais fort. Erreur. La bourgeoisie française loin d'être bête invente de nouveaux procédés pour nous faire douter. Instiller un venin dans les esprits. Empêtrés dans leurs affaires de gros sous, dénigrés par la population en colère, Macron et son gouvernement s'excitent.

Entre Bénalla, les démissions de Hulot et Collomb, un remaniement raté, une politique anti sociale contestée, Macron cherche une issue. Il sonne l'hallali sur la seule force d'opposition démocratique progressiste. Le coup est bien monté : Deux dénonciations aussi fantaisistes qu'absurdes servent de prétexte. Je crois que l'histoire est jalonnée de telles bévues. Comme disait l'autre, plus le mensonge est gros, plus les gens y croient. Leur ligne d'attaque étant de salir tout le monde. Partis, justice, police. Tout est pourri, c'est le slogan ( le venin) qu'ils font passer auprès des gens. Alors si tout est sale, détournez-vous de la lutte,  laissez-nous poursuivre la politique si détestable.  On ne discute plus le bien fondé d'une perquisition, le rôle des magistrats, la fonction des policiers, la fonction des élus de la république. Plus rien ne compte sauf les menaces autoritaires du pouvoir et les sanctions arbitraires de celui-ci.

Jusqu'ici tout va bien. Sauf que le peuple français ne s'en laisse pas compter. Il prend le coup sur le carafon mais il s'en remet. Les questions arrivent, la discussion s'anime, les contradictions apparaissent, la vérité chemine lentement mais résolument. Les arguments de Mélenchon, de Chikirou, de Bompard et de bien d'autres ne laissent pas indifférents des journalistes sérieux, des avocats et des juristes compétents, des dirigeants politiques, amis ou pas, soucieux de justice. Les réseaux sociaux, les militants France Insoumise développent un travail immense d'information. Ça bouscule le paysage politique.

Un mouvement souterrain enfonce le dispositif gouvernemental. C'est pas encore gagné mais ça avance. Nos arguments font mouche. Je m'attends à d'autres manœuvres d'ampleur vu que les élections approchent et que Macron va s'y prendre une rouste bien méritée. Il le sait. C'est pourquoi il met tout en œuvre pour éviter la Bérézina dont je parle dans un précédent billet. Rien n'y fera. France insoumise joue un rôle majeur non pas par affirmation stérile mais parce que les électeurs nous ont placé au devant du front anti Macron.

Les socialistes de gauche ( Lienemann, Maurel) viennent de prendre une décision lourde de conséquences : des milliers de socialistes et d'électeurs socialistes  vont se rapprocher de notre mouvement sur la base d'une opposition radicale aux traités européens et sur un accord pour la 6e république. Réjouissons-nous. Le rassemblement populaire est en marche. Une voie s'ouvre pour gagner la majorité électorale dont nous aurons besoin pour gouverner. Avanti popolo !