La journée d'action contre l'augmentation du prix des carburants va marquer l'opinion. La pétition sur les réseaux sociaux connaît un succès. Des collectifs se multiplient. L'auto-organisation des gens surprend ceux qui ne mesurent pas le niveau de colère de la population. Pourtant les signaux ne manquent pas. La contradiction entre les 1% de privilégiés qui s'accaparent les richesses et le reste de la population ne peut que provoquer des actions de défense regroupant des classes sociales différentes.

C'est le cas avec ce mouvement. Salariés ou professions libérales, petits patrons ou auto entrepreneurs, tous sont touchés au porte monnaie. Leur révolte est justifiée et légitime. Éclairons le sujet: le gouvernement augmente le prix du carburant pour alimenter le budget et du même coup accroît les bénéfices de Total et des autres compagnies. Un moyen d'imposer davantage les utilisateurs créant ainsi des inégalités supplémentaires. Ajoutés aux autres décisions gouvernementales négatives sur le pouvoir d'achat, le ras le bol populaire progresse. Normal.

Manipulations politiques? Certainement. Connaissez-vous des problèmes indépendants de la politique? Bien sûr que non. Comment y faire face? Être présent dans l'action, y mettre en débat nos propositions, prendre des initiatives, telle doit être notre démarche. Essayer de gagner l'opinion à nos idées, je ne vois pas d'autres moyens. Un grand mouvement d'opinion se déclenche à propos des hausses du carburant. Je m'en réjouis. De nouvelles franges de la société vont s'affronter à la politique autoritaire de Macron. Certains des manifestants ont voté pour lui à la présidentielle dès le premier tour, approuvant sa future action. 16 mois après, c'est court, les voici en opposition sur une question essentielle, le pouvoir d'achat. Allons-nous les abandonner?

Si nous sommes absents, les partis d'extrême droite et de droite marqueront le point. Devons-nous leur faire ce cadeau? L'expérience nous apprend que le déclic d'un mouvement massif n'est jamais écrit à l'avance. Personne ne sait comment les évènements s'enchevêtrent. Seule certitude, faut être présents!