Les électeurs brésiliens se sont prononcés majoritairement pour Bolsanero. Un vote franc, un vote désespéré! Le Brésil connaît une montée de la violence, un recul social important, une politique ultra libérale, une recrudescence des mafias. La totale pour un peuple très divisé par les questions sociétales, les querelles religieuses, les combats politiciens.

Comment ne pas comprendre le besoin d'une vie meilleure, d'une vie pacifiée, d'une vie plus humaine? Les millions d'électeurs ont été trompés et se sont trompés. En votant pour un candidat prônant le retour à l'autoritarisme, à la poigne anti syndicale, à l'anti communisme de la guerre froide, au racisme les brésiliens ont choisi le pire. Ils vont le payer très cher!

Le Brésil est malade. Malade du fric roi, malade de la répression sociale, malade d'une économie basée sur la seule finance, malade d'une politique au service des puissants. Que propose le nouveau président? Accélération de tout ce qui détruit le système social. Privatisations, arrêt des services publics, attaques contre les lois protégeant les travailleurs. Assez rapidement, les brésiliens prendront conscience de leur erreur. Les luttes réapparaîtront, le débat politique revivra. Aux partis progressistes de tirer les analyses pour repartir du bon pied.

Je demeure solidaire des électeurs qui ont refusé cet engrenage dangereux. je souhaite que cette mauvaise parenthèse se referme le plus vite possible. Ayons confiance en un avenir  pour ce peuple capable du meilleur.